6 erreurs que les responsables marketing font au quotidien

FacebookTwitterLinkedInGoogle+

6 erreurs que les responsables marketing font au quotidien

6 erreurs que les responsables marketing font au quotidien

 

 

Avant, quand on parlait de marketing multi-canal cela voulait dire que votre publicité/ communication était identique partout, en print, comme en radio ou en TV. Mais ça…c’était avant !  Aujourd’hui, les clients ont, plus que jamais, pléthore de canaux à leur disposition pour interagir avec votre marque, par conséquent vouloir créer une expérience de marketing intégré implique de tout savoir gérer à la perfection, du social media au search, de l’automatisation (marketing automation) aux analytics (chiffres et statistiques), du lead nurturing[2] à LinkedIn/Viadeo. 

 

Soyons clairs, vous ne pourrez plus vous focaliser sur un élément de votre stratégie marketing et faire l’impasse sur les autres. Vos prospects, clients et leads attendent de vous une expérience marketing / communication intégrée. Et si votre entreprise ne sait pas le faire, et bien vos concurrents le feront et ils marqueront des points d’avance.

Aussi, voici les 6 erreurs que les « marketeurs » – responsables marketing pour parler en bon français – font au quotidien, avec quelques pistes pour y remédier.  

 

1. Faire du marketing sans avoir de stratégie de contenus (ou avec une stratégie ennuyeuse)

Si on considère comme étant le mot clé du commercial : « il faut conclure », on pourrait trouver son pendant chez le marketeur par «faut toujours publier », autrement dit, faut toujours avoir quelque chose à raconter.

Comme on entend souvent : “Sur le web, vous êtes ce que vous publiez”.

Par conséquent, les marques sans réelle stratégie de contenu digital peuvent aller s’inscrire à des cours de rattrapage. Typiquement, les principaux freins pour les marketeurs qui n’ont pas de contenus c’est le manque d’inspiration (mon secteur / mon industrie est ennuyeuse, personne ne lit les contenus…) ou bien le manque de ressources. Cependant, nul besoin d’avoir des équipes de rédacteurs surdimensionnées pour créer une stratégie de contenus attractive : le seul objectif que vous devez garder à l’esprit, c’est de donner à vos prospects, leads et clients, quelque chose qu’ils ne trouveront pas ailleurs. Des contenus différenciants, à valeur ajoutée.

Besoin d’inspiration ?  Allez faire un tour sur le compte Pinterest de General Electric, sur un blog généraliste IT commePresse-Citron ou celui de l’entreprise Bouygues Construction, sur le compte Twitter deSalesForce ou sur la fanpage Facebookd’Atos.  Ceci pour vous montrer, que votre contenu, indépendamment de votre type d’industrie ou de clientèle (B2B ou B2C), n’a rien d’ennuyeux ni rébarbatif, et n’a pas besoin de ressembler à une super production Hollywoodienne pour être efficace. [3]

 

2. Offrir le contenu sans le contexte

Certaines marques ont cependant une stratégie de contenus, mais elles parlent dans le vide car ne connaissent pas leur audience.

Une récente étude de  Razorfish estime que seulement 38% des responsables marketing peuvent établir une segmentation de leur base de données pour séparer les prospects des clients, à des fins de marketing ciblé.  Quoi de plus agaçant et ennuyeux pour un client que de se voir proposer des produits ou services qu’il a déjà acheté ?  Donc, pour éviter le dialogue de sourds, utilisez les outils marketing adéquats qui vous permettront de savoir où vous en êtes, où en sont vos commerciaux, dans le parcours d’achat client.  Cela peut démarrer avec des petites choses, des CTA (CTA = call to action = appel à action), basées sur l’activité du prospect jusqu’à présent. Mais, in fine, cela doit se traduire par une stratégie digitale complète afin que chaque pièce du puzzle, chaque contenu que vous diffuserez à un prospect, soit lié à son contexte d’achat, à son expérience utilisateur, et aux intéractions qu’il aura eu avec votre marque. On pense bien entendu à l’exemple d’Amazon, dont le business model est basé sur ce principe. Mais au-delà de ça, il est clair pour chacun de nous, c’est du bon sens, que la recette du succès c’est de faire coïncider le contenu avec le contexte de sorte que vos clients / prospects / leads auront la meilleure web- expérience qui soit.

 

3. Penser que le calme et la stabilité seront payants

En marketing, la rapidité est - de fait – une figure imposée. Si un site web met plus de 3 secondes à charger, 40% des internautes zappent. Mais la prise de tête ne s’arrête pas là.

Les sites qui sont lents pénalisent votre référencement. Quand bien même vous avez fait un super boulot en matière de recherche de mots clés, la lenteur du site fera que vous ne remonterez jamais dans les moteurs de recherche et donc que vous ne serez jamais visible de vos cibles.

En 2006 déjà les chercheurs de Google et Amazon trouvaient qu’une demi seconde en matière de chargement pouvait impacter significativement depuis le taux de rebond de votre site, jusqu’à votre chiffre d’affaires, pour un site de e-commerce par exemple. Donc, si c’était déjà le cas en 2006, imaginez l’impact que ça peut avoir aujourd’hui, où on est tous hyperconnectés! 

Des sites proposent des tests gratuits de vitesse de chargement. Vous pouvez déjà commencer par regarder ce point. Ensuite, pensez aussi à regarder comment votre site se charge sur les tablettes et smartphones.  Gardez en tête que le temps c’est de l’argent, car en marketing, comme dans n’importe quel autre domaine, c’est la pure vérité.

4. Ne parler  que de vous

Tout le monde déteste quand une personne, à un événement particulier, se vante de ses performances, réalisations, hobbies ou de son train de vie, sans se soucier des gens du reste du groupe et de ce qu’ils font. C’est insupportable au possible.

Et pourtant, quand on en arrive à parler médias sociaux, les entreprises pensent que les gens n’ont d’autre souci que de les écouter parler d’elles-mêmes. Erreur ! C’est pareil que pour les gens en fait. Les meilleures marques investissent 70 à 80% de leur temps à chercher du contenu qui engage leurs audiences, les 20 à 30% restants étant consacrés à parler de leurs produits et services.

En matière de médias sociaux, gardez en tête :

  • Passez autant de temps à écouter qu’à parler.
  • Sachez tirer parti des discussions et des commentaires de vos audiences afin d’écouter et d’entendre leurs retours d’expériences. Regardez quand est-ce qu’ils interagissent avec votre marque et quels types de contenus génèrent le plus de conversations, de partages, bref d’engagement. Enfin, adaptez votre stratégie de contenus en conséquence.

 

5. Ne pas connaitre les chiffres clés

Le marketing a longtemps été considéré par les patrons comme une activité « artisanale » de l’entreprise […]. Afin de leur démontrer qu’elle a un sens et un impact sur les prises de commandes, vous devez être en mesure de démontrer le ROI de vos actions marketing. Cela implique de connaître  les statistiques des visites sur votre site web, quel canal ou médias sociaux vous rapporte le plus de visiteurs, quel est votre taux de conversion (cas des sites de e-commerce), etc. Ne pas hésiter à faire des A/B Testing pour voir quelle page web obtient le meilleur résultat et la meilleure conversion.

On ne peut plus juste attendre du marketing qu’il donne une bonne ou une mauvaise image, ou impression, ou sentiment. Les dirigeants sont en droit d’attendre un ROI et un impact commercial suite à leurs investissements. Vous devrez donc leur montrer votre performance en adaptant votre stratégie puis en mesurant les résultats obtenus.

 

6. Trop de mots est source de maux

La capacité d’attention sur le web pour un adulte est estimée à 2.8 secondes , ce qui est assez long pour lire un tweet, par contre, je vous laisse imaginer ce qu’il sera de votre e-book de 210 pages !

Il vous faut donc bâtir une stratégie de contenus qui convienne à la façon dont les gens consomment l’information aujourd’hui, c’est-à-dire : rapidement et le plus visuellement possible.

90% de l’information transmise au cerveau passe par la vue, par conséquent, passez plus de temps à (dé)montrer à vos cibles ce que vous faites, plutôt que de leur dire ou expliquer par écrit.

Ceci est valable dans tous les cas de figure, que ce soit sur votre site web ou sur les médias sociaux. Les contenus visuels[4] sont simplement mieux digérés et, qui plus est, plus partagés.

La façon dont les gens achètent a considérablement changé ces dix dernières années également. Aussi, que vous ayez un court laps de temps pour attirer l’attention d’un prospect ou une fenêtre de tir plus large pour impressionner votre hiérarchie, sachez que les six erreurs précédemment citées sont très fréquentes au sein de la population des marketeurs, même chez les meilleurs.

Le monde bouge, il est temps pour le marketing d’en faire autant.

———–

Article librement traduit par Dolores Fraguela. Retrouvez l’original, en Anglais, sur Mashable[1].

———–

Et vous, quelles sont les erreurs que vous voyez le plus souvent commises par vos responsables marketing ? Racontez-nous ci-dessous et poursuivons l’échange !
Si vous avez aimé cet article, ayez la partage-attitude et faites-en profiter vos lecteurs et/ou contacts. Merci !

 

 


[1]  http://mashable.com/2014/07/31/marketing-mistakes/?utm_cid=Mash-Prod-RSS-Feedburner-All-Partial&utm_content=buffer4f186&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

[2] http://komadok.fr/lead_nurturing/

[3] Ce paragraphe était illustré à l’origine par des exemples Nord-Américains. Pour les besoins de la cible de KomadoK, ils ont été remplacés par l’auteure de la traduction par des exemples davantage connus du public Français

[4] Photos, graphiques, dessins, infographies, vidéos, tutoriels, webinars

 

Dolores FRAGUELA

Dolores FRAGUELA

Consultante Expert - Transformation digitale - Adoption des outils collaboratifs chez Orange Consulting - Orange Business Services
Passionnée par la communication au sens large, et les réseaux sociaux en particulier, j’ai à mon actif une longue carrière dans le marketing et la communication B2B chez l'annonceur au sein de grands groupes internationaux de l’industrie high-tech.

L’entrepreneuriat me démangeant depuis un moment, je lance mi-2013 ma société de conseil en communication, KomadoK, spécialisée dans le conseil en communication digitale, le community management externalisé et la formation social media. Expérience oh combien enrichissante qui n'a fait que confirmer que la conduite et la réussite d'une transformation digitale est plus liée au facteur humain et culturel de l'entreprise qu'à une maturité technologique.

Aujourd'hui, en tant consultante-expert chez Orange Consulting, je me lance de nouveaux challenges et mets toute mon expertise et expérience au service des entreprises pour les aider dans leur stratégie d'adoption du digital et des nouveaux usages collaboratifs.

Le capital humain et le capital marque sont des actifs immatériels présents au bilan de votre entreprise. La communication digitale, surtout à travers les réseaux sociaux internes comme externes, est un levier extraordinaire de valorisation de ces actifs !
Dolores FRAGUELA

A propos de Dolores FRAGUELA

Passionnée par la communication au sens large, et les réseaux sociaux en particulier, j’ai à mon actif une longue carrière dans le marketing et la communication B2B chez l'annonceur au sein de grands groupes internationaux de l’industrie high-tech. L’entrepreneuriat me démangeant depuis un moment, je lance mi-2013 ma société de conseil en communication, KomadoK, spécialisée dans le conseil en communication digitale, le community management externalisé et la formation social media. Expérience oh combien enrichissante qui n'a fait que confirmer que la conduite et la réussite d'une transformation digitale est plus liée au facteur humain et culturel de l'entreprise qu'à une maturité technologique. Aujourd'hui, en tant consultante-expert chez Orange Consulting, je me lance de nouveaux challenges et mets toute mon expertise et expérience au service des entreprises pour les aider dans leur stratégie d'adoption du digital et des nouveaux usages collaboratifs. Le capital humain et le capital marque sont des actifs immatériels présents au bilan de votre entreprise. La communication digitale, surtout à travers les réseaux sociaux internes comme externes, est un levier extraordinaire de valorisation de ces actifs !
Avec mots-clefs , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>